HABLUTZEL Simon
Fils de HABLUTZEL Abraham, et de SCHINDLER Anne,
Né en 1711 à Montbéliard (25)
Décédé le 15/07/1782 à Montbéliard (25) à l'âge de 71 ans. Uni avec CONRAD Jeanne,
5 enfants sont nés de cette union :
-1. HABLUTZEL Simon
Né en 1740 à Montbéliard (25).
- 2. HABLUTZEL Jacob
Né en 1742 à Montbéliard (25).
- 3. HABLUTZEL Anna
Née entre 1743 et 1745 à Montbéliard (25).
4. HABLUTZEL Joseph,
Né entre 1745 et 1750.
Marié le 23/08/1779 à Sainte-Suzanne (25) avec PARROT Marguerite,
Décédé le 08/08/1837 à Sainte-Suzanne (25).
5. HABLUTZEL Marie
Née en 1752 à Montbéliard (25).


1740
Simon HABLUTZEL est âgé de 27 ans

FOULON à BAS.
«........ en 1740 [1] le Conseil de régence autorise Simon Hablützel (alias Hablitzel ou Ablitzer), suisse allemand résidant à Montbéliard, à établir, sous le Château, dans le bâtiment de l'ancienne Monnaie, moyennant 30 livres par an, un petit foulon à bas pour l’usage du public et notamment des bonnetiers. Il avait déjà construit un polissoir (dit communément la Schlift [2] ). Cinq ans plus tard, par suite du départ d’Hablützel pour Clairegoutte, le bail qu'il avait conclu avec la seigneurie pour le polissoir et le foulon, fut cédé aux bonnetiers qui le donnèrent en sous-ferme à Abraham Charpiot, l'un d’entre eux, à raison de 100 livres par an. Il était stipulé que la marche du polissoir ne pourrait retarder les bonnetiers dans le foulage de leurs bas ou autres marchandises; et on autorisait Charpiot à percevoir 6 sols par foulée de chaque trou du foulon(3).

En 1770, Hablützel prit en sous-amodiation des bonnetiers Jean-Georges Schom et Pierre-Frédéric Saigey, le polissoir et le foulon à bas. Il y joignit un moulin à battre le tan et pulvériser le tabac.

La seigneurie, en 1773, lui donna directement à bail le bâtiment qui renfermait ces trois usines pour une durée de douze ans, à raison de 120 livres annuelles et le contrat lui fut renouvelé en 1785 pour neuf années, à raison de 160 livres par an.
Les bonnetiers payaient à Hablütze l 2 sols par douzaine de bas foulés ou 8 sols par trou (2) 
»

(1) Archives de Montbéliard Déc du 27 avril
(2) Req. d’Hablützel du 11 nov 1743
Note Un état de lieux de 1764 nous donne quelques indications sur la machine, « La cage où sont construits la foule et le polissoir est de 22 pieds de long sur 22 pieds de large. La foule à bas est composée d'une couche â 2 trous en état, environ la moitié usée. Il s'y trouve un tonneau que la roue fait tourner par lequel on donne lé premier coup de foule aux bas avant de les mettre dans les trous de la couche pour être foulés par les marteau. Il est de la contenance de 5 à 6 tines
».
-----------
Extrait de : Histoire des Corporations d ‘Arts et Métiers
Par Léon Nardin et Julien Mauveaux
Bulletin de la Société d'Émulation de Montbéliard n° 65 1910
-----------
Tine = mesure de Montbéliard vers 1700 = 55 litres
tan = poudre d'écorce de chêne séché
-----------

1779
le 23 août, âgé de 79 ans Simon HABLUTZEL fermier du polissoir de cette ville a été reçu bourgeois de Montbéliard dans l'après-midi.par Jacques Frédéric MARTHEL taxeur secrétaire, assisté de Frédérich FALLOT et Marc David MOREL.


La famille HABLUTZEL (ABLITZER) de confession anabaptiste est originaire de Reitnau en Suisse allemande, canton d'Argovie. Nous y trouvons Hans HABLUTZEL et son épouse Catharina Goldenger dont un fils est baptisé en 1618.

À Montbéliard :
- En 1723, nous avons Abraham HABLUTZEL .
- Sur une liste datée de 1759 rue de la Schliffe réside ;
« Simon Hablützel, sa mère Anne Schindler, ses deux fils Simon et Jacob, lesquels sont nés dans le Païs. Anne Gundter, femme du premier, est originaire de Sainte-Marie-aux-Mines, en Alsace, et est dans le Pais depuis son mariage.»(1)

- En 1729 à Étupes Abraham ABLITZER propose au prince Eberhard-Louis de Wurtemberg d'irriguer ses terres pour en améliorer le rendement. En échange il demande une maison, un bois d'affouage, du foin pour nourrir une vache et un écu par semaine.(2)


1773
A cette époque nous retrouvons Simon - âgé de 61 ans - dans une nouvelle activité : le tabac dont la culture est libre en Alsace.

« Simon Abliser ou Hablützel, un anabaptiste installé à Montbéliard et converti au luthérianisme, obtient en 1773 la location de la maison de la Vieille Monnaye et du polissoir situés sous le château (à la Schliffe) avec la permission d'ajouter une nouvelle usine pour battre écorce et râper ou réduire en poudre le tabac.»(3)

Définitions

Fouler : Opération consistant à resserrer les fibres d'un tissu pour lui donner de l'épaisseur et du moelleux. (Médiadico)

«Un foulon, du latin fullo, est un bâtiment (le plus souvent un moulin à eau, gynaeceum en latin) où l'on battait ou foulait les draps, ou la laine tissée dans de l'argile smectique pour les assouplir et les dégraisser. Le moulin était exploité par un ouvier foulon ou foulonnier.

Le principe de fonctionnement est un arbre entraîné par une roue hydraulique qui tourne devant une batterie de maillets, placés en position de bascule au-dessus des cuves à drap ou autre textile ainsi que pour le tannage des peaux

Exemple pour le foulage du feutre , les cônes sont trempés dans un bain d'eau bouillante et d'acide sulfurique puis pressé dans une cloche pour lui donner sa texture consistante » ......suite sur Wikipédia

----------
Sources.
-(1) Recherches historiques sur les Anabaptistes de l'Ancienne Principauté de Montbéliard par Charles Mathiot Pasteur Editions de la Mission Intérieure Belfort 1922
Les recherches généalogiques sur la famille ABLITZER sont le travail de Kent E.Richard
(Penssylvanie) et Annie Nal (France)

(2) La Franche-Comté à la recherche de son histoire
D. Mathieu, J-P Nardy, A.Robert Annales littéraires de l'université de Besançon 1985

(3) Tabac, sel, indiennes... douane et contrebande en Franche-Comté au XVIIIe siècle
André Ferrer Presse Universitaire de Franche-Comté 2003